Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 18:20

Les journalistes voudraient faire croire que le  non lieu rendu dans l'affaire Georges TRON est une preuve que le grand homme était en fait une victime...Dans la flagornerie on peut lire ceci : " http://paris-ile-de-france.france3.fr/2013/12/10/non-lieu-pour-georges-tron-le-maire-ump-de-draveil-accuse-de-viols-et-agressions-sexuelles-374513.html

 

L'ex-ministre UMP Georges Tron,maire de Draveil (Essonne), fait l'objet d'un non-lieu dans l'affaire de viols et agressions sexuelles dont il était accusé. Ce sont deux  anciennes employées municipales de sa commune qui l'avaient accusé. Mais il est très vite apparu que les deux accusatrices, très liées localement avec le Front National, semblaient porter des accusations sans fondement réel à l'égard du maire, et que leurs intentions étaient sans doute ailleurs. 

Son adjointe à la culture, elle aussi mise en cause dans cette affaire, fait également l'objet d'un non-lieu, conformément aux réquisitions du parquet de l'Essonne.


 

Tron lion

 

La VERITE est bien entendu plus complexe et même très dérangeante pour la personnalité de Georges TRON :

1) La théorie du "complot politique" est balayée par les magistrats qui relèvent que les victimes présumées ne connaissaient pas vraiment les soit disant "comploteurs" avant les plaintes. Si des adversaires politiques de Tron en ont profité pour l'affaiblir, ceux-ci n'ont pas monté un complot.

2) Le Parquet ne qualifie jamais les plaignantes d'affabulatrices

Le Parquet ajoute :"(l'enquête a révélé) des "réalités peu flatteuses" pour Georges TRON "dont le comportement envers ses administrés, envers ses employés, envers les femmes, envers ceux qu'il considère comme ses adversaires d'une manière générale heurte évidemment la morale et notamment la morale publique" .

Le Procureur écrit également "
Les dégâts humains sont très importants".

 

 

Si Georges TRON échappe aux poursuites pénales c'est pour une question de Droit et non de morale . En effet : le harcèlement sexuel se limite à des propos et des avances à caractère sexuel. Ou bien encore à des attouchements sur les parties non-intimes du corps, comme les mains, le dos, les cheveux, le visage...ou les pieds . Il peut s’agir également de questions ou de confidences intimes, de gestes ayant une connotation sexuelle ou d’une présentation non-sollicitée d’images pornographiques. Pour le procureur, Georges Tron semble devoir échapper au délit de « harcèlement sexuel »: l’article 223-23 du Code pénal ayant été abrogé le 4 mai 2012 par le Conseil constitutionnel dans le cadre d’une QPC, seuls les faits commis postérieurement à la nouvelle loi du 6 août 2012 peuvent être poursuivis. 

Partager cet article

Repost 0
Published by SIPM - EUROCOP - dans Politique