Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 18:59

sipm

 

SIPM-FPIP/EUROCOP

19, rue du Borrégo - 75020 PARIS

Tél : 01 44 92 78 50 - Fax : 02 44 84 58 41

courriel : fpip-eurocop@gmx.fr

EUROCOP regroupe 27 pays Européens, 36 syndicats de Policiers.

EUROCOP représente 500.000 policiers et siège dans les instances Européennes

 

 

 

 

Secrétaire Général SIPM

 

A                                                                    Paris le 08 juin 2012

 

L'INDEPENDANT

2 BOULEVARD DES PYRENEES CS 40066 66007 PERPIGNAN CEDEX

 

Objet : Votre article  sur les Polices Municipales armées  

 

 Madame, Monsieur

Votre article du 2 juin 2012 intitulé «  ces communes qui arment leur police municipale nous a vivement intéressé. Comme celui-ci contient malgré tout quelques inexactitudes nous vous prions de bien vouloir publier notre réaction.

En premier lieu pour commenter cet article vous demandez l’avis de syndicalistes de la Police…Nationale. Pourquoi ? Iriez-vous demander l’avis d’un syndicat de sapeurs-pompiers ? Ou de l’Administration pénitentiaire pour parler des problèmes des douaniers ?

Sur ce que disent ces syndicalistes des précisions s’imposent : pour le syndicaliste d’Alliance nous serions des « employés communaux ». Faux. Nous sommes des fonctionnaires territoriaux EXACTEMENT comme les sapeurs-pompiers qui, tout comme nous, ne sont pas des fonctionnaires d’Etat. Ajoutons que tout comme les policiers nationaux nous sommes astreints à des séances de tir obligatoires (en sachant qu’en très grande majorité les policiers municipaux s’entraînent bien plus que les « nationaux ») . Ce syndicaliste ajoute que les policiers nationaux effectuent un an d’école ? Oui pour les gardiens de la paix, pas les adjoints de sécurité, recrutés sous contrat de 5 ans, sans concours et formés en 3 mois…Et armés bien entendu !

 

Le maire de CERBERE affirme que la sécurité n’est pas le rôle des policiers municipaux. Ce maire devrait s’informer ou se former : le rôle de la Police Municipale est d’assurer le bon ordre, la tranquillité, la salubrité et la SECURITE publiques.

Il est effarant qu’un maire semble l’ignorer alors que c’est la LOI .

De même il est plus qu’étonnant de décider qu’un policier municipal serait armé et l’autre pas…Pourquoi ? Décidément certains maires ont une politique qui échappe à la logique : l’armement des policiers municipaux est une question TECHNIQUE il s’agit d’un moyen de protection individuel . Pas plus, pas moins.

L’armement des policiers municipaux est toujours un sujet de passions totalement irrationnel. Les adjoints de sécurité de la Police Nationale « emploi jeunes » sont armés : personne n’y trouve à redire, pas plus que quand la Police Nationale armait sur la voie publique des appelés du contingent de 19 ans après 2 mois de formation.

Les Gendarmes adjoints volontaires « emplois jeunes » de la gendarmerie sont dans le même cas.

Ainsi que les réservistes de la gendarmerie qui sont des civils effectuant des missions de quelques jours par an sous l’uniforme…Armés bien entendu !

Les agents de la SNCF (SUGE) ou de la RATP (GPSR) sont armés.

Les gardes chasse, gardes pêche,  les lieutenant de louveterie le sont également.

En fait SEULS les policiers municipaux semblent créer une polémique … MAIS POURQUOI DONC ? On cherche en vain une raison valable. Dans l’absolu la question n’est pas « faut il armer les policiers municipaux ? » mais « pourquoi ne le sont-ils pas partout ?  » . Là où ils le sont il n’y a aucun problème particulier. Quand ils ne le sont pas c’est par volonté politique du maire, pas pour des raisons objectives.

Vous remerciant d’avoir pris le temps de nous lire et si possible de nous publier, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur  l’expression de notre  considération la meilleure.

 

 

 

EUROCOP regroupe 27 pays Européens, 36 syndicats de Policiers.

EUROCOP représente 500.000 policiers et siège dans les instances Européennes

Le SIPM-FPIP est sur Facebook.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.lindependant.fr/2012/06/02/ces-communes-qui-arment-leur-police-municipale,142652.php

D’accord, il y a armes, et armes. Comme il y a police municipale… ou pas. Car toutes les communes des Pyrénées-Orientales n’en sont pas dotées, ce choix étant entièrement à discrétion du maire. Pollestres, ville du député Daniel Mach, en est ainsi dépourvue. « Il y a un garde municipal, mais nous attendons l’installation de la gendarmerie à venir pour créer ensemble une véritable police municipale », explique-t-on à la mairie.

A Cerbère, un choix par défaut

Majoritairement, les communes des P.-O. qui ont choisi d’armer leur police municipale ont pris l’option légère : matraque rétractable ou Tonfa, et gaz incapacitant. Sur les 30 communes qui ont obtenu l’autorisation préfectorale d’armer leur PM, seules 12 y ont ajouté des armes de 7e catégorie (type Flash-Ball) ou de 4e catégorie (armes à feu et pistolets à impulsions électriques type Taser). C’est le cas à Cerbère, où sur les deux policiers municipaux en fonction, le maire a choisi d’en armer un.
« A l’époque, nous avions un garde champêtre armé. Aussi, lorsque nous avons embauché le premier policier municipal, qui est formateur de surcroît, nous avons décidé de conserver son arme. En contrepartie, la seconde policière municipale ne l’est pas », explique le maire, Jean-Claude Portella. « J’avoue que j’y étais opposé, car la sécurité n’est pas le rôle des policiers municipaux. Mais dans les petites communes, le désengagement de l’Etat qui a fermé les gendarmeries comme celle de Cerbère ne nous a pas laissé beaucoup de choix. Ce que je souhaite, c’est que le policier municipal n’ait jamais à se servir de son arme ».

A Perpignan, la voie de la professionnalisation

A Perpignan, parmi les premières villes de l’Hexagone à acquérir des pistolets Taser, on ne lésine pas avec la sécurité. Avec un budget annuel d’environ 6 millions d’euros, comprenant le dispositif de vidéo-protection (subventionné à 30 %), les 103 membres de la police municipale sont dotés de tout l’arsenal possible, et de gilets pare-balles. « C’est un budget extrêmement lourd », concède Jean-Marc Pujol. « Mais la sécurité est une demande très forte de nos concitoyens. Les policiers municipaux effectuent de véritables missions de police, se substituant parfois à la police nationale qui manque de moyens, et donc s’opposent à des malfaiteurs de plus en plus dangereux ».
L’idée d’une généralisation de l’armement des policiers municipaux va donc dans le bon sens pour le maire de Perpignan.
« Je suis même de ceux qui pensent que la sécurité publique devrait être du ressort du maire. A l’instar de ce qui se fait aux Etats-Unis, les missions de polices judiciaire et criminelle devraient incomber à la police nationale, et la sécurité publique à la police locale ».
Dans cette optique, Jean-Marc Pujol a soigneusement choisi les nouveaux policiers recrutés l’an dernier : « Pour beaucoup, ils sont issus de la police nationale ou de la gendarmerie ».
________________________________________________________________________________

À SAVOIR
L’avis de la police nationale : 
« Cela ne peut se faire au détriment de la nationale »


- Francis Vizuete, Unité SGP Police - FO :
« C’est le principe des vases communicants, on ne peut dissocier les deux : la police nationale fait partie d’un ministère régalien mais l’Etat se désengage de plus en plus de ses missions. Les maires se retrouvent donc en première ligne… Prenons l’exemple de Perpignan : ces 5 dernières années, nous avons perdu de 130 à 150 fonctionnaires à plein-temps avec la RGPP. Cela concerne principalement la sécurité publique, mais tous les services sont concernés. Cela a donc forcément des conséquences sur le nombre de patrouilles ! Si l’Etat donnait les moyens à sa police nationale en terme de matériel comme de recrutement, les maires n’auraient pas à dégager un budget aussi conséquent pour la police municipale. Car on arrive aujourd’hui à des situations où, parfois, la police municipale est mieux armée que la nationale… ».
- Antoine Cuevas, Alliance police nationale :
« A priori nous n’y sommes pas opposés, et il est arrivé à plusieurs reprises à Perpignan que nous travaillions main dans la main avec la police municipale. Cependant, nous maintenons que l’armement des polices municipales ne doit pas se faire au détriment de la police nationale ! Il ne faudrait pas qu’un jour un gouvernement décide d’arrêter le recrutement de policiers nationaux sous prétexte que les polices municipales sont armées. Car les policiers municipaux demeurent des employés municipaux, avec lesquels nous pouvons travailler en complément mais qui n’ont pas les mêmes prérogatives. Et qui, tout en étant évidemment formés, n’ont pas le même parcours qu’un policier national qui effectue un an d’école puis un an de stage, avec des séances de tir obligatoires et des formations annuelles. Avec la mise en examen du policier de Noisy-le-Sec, je m’inquiète un peu pour la responsabilité des policiers municipaux ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SIPM - EUROCOP - dans Presse et police municipale