Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 13:39

 

 

le SNPM-CFTC peut crier sur les toits qu'il est pour l'armement des Policiers Municipaux . En pratique il est dans l'intersyndicale avec ses camarades et ne parle que d'avancées de "pognon" . Rien pour votre sécurité, rien pour vos conditions de travail .

 

------------------------------------------------------------------------guignol-copie-1

 

POLICE MUNICIPALE

l’Intersyndicale interpelle l’AMF

L'intersyndicale estime que les coûts induits par la prise en compte "de l’ensemble de nos revendications" resteraient assez marginaux au regard du nombre de policiers municipaux employés dans chaque commune

Les syndicats de « PM » demandent à leurs employeurs de relancer les discussions sur le volet social de la profession.

Dans un courrier du 16 septembre, l’Intersyndicale des policiers municipaux (Cgt, Cfdt, Fo, Unsa, Snpm/Cftc, Fa-Fpt) appelle le président de l’Association des maires de France, Jacques Pélissard, à « renouer le fil du dialogue et à faire de réelles propositions » au sujet du volet social de la profession. Faute de quoi, précise-t-elle, « vous porterez une part importante d’une situation conflictuelle ».

« Beaucoup de crispation »

Les syndicats soulignent notamment que l’opposition de l’AMF « à toute évolution statutaire ou financière génère beaucoup de crispation et d’agitation au sein de la police municipale ». Ils regrettent en outre de ne pas avoir été informés des résultats de l’enquête que l’AMF a réalisé au début de l’été sur le régime indemnitaire des policiers municipaux, enquête qui avait été annoncée le 11 juin devant les représentants syndicaux.

A l’AMF, le malaise est perceptible. Au printemps dernier, l’association avait annoncé qu’elle ne répondrait pas favorablement aux revendications syndicales, justifiant sa position par son opposition en bloc aux dispositions du projet de loi d’orientation sur la sécurité intérieure, dit Loppsi 2, d’augmenter de nouveau les compétences des policiers municipaux et d’aligner l’habilitation judiciaire des directeurs de « PM » sur celle des policiers nationaux.

Problème, les sénateurs n’ont pas suivi les appels de l’AMF et ont entériné le volet « police municipale » du projet de loi, le 14 septembre 2010. Il est par conséquent fort probable que le Parlement adopte définitivement, cet automne, ce nouvel élargissement des prérogatives des policiers municipaux. Et, ainsi, conforte l’argumentaire syndical selon lequel « pas de nouvelles compétences sans contrepartie sociale ».

Des revendications peu coûteuses ?

Les revendications syndicales sont toujours les mêmes : une augmentation des salaires par une revalorisation des grilles, l’intégration des primes dans le calcul de la retraite avec l’attribution de celles-ci aux taux maximum et obligatoire pour tous les agents.
Dans son courrier, l’Intersyndicale précise que « les coûts induits par la prise en compte de l’ensemble de nos revendications resteraient assez marginaux au regard du nombre de policiers municipaux employés dans chaque commune ».

L’Intersyndicale a par ailleurs adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux pour lui faire part des « espoirs déçus » et du lancement « de nouvelles actions visant à l’aboutissement de nos revendications ».

-------------------

 

         

 

 

Paris, le 16 septembre 2010

 

 

Monsieur Jacques PELISSARD

Président de l’Association des Maires de France

41 quai d’Orsay

75007 PARIS

 

 

Monsieur le Président,

 

Le 20 avril dernier, notre intersyndicale vous avait sollicité afin d’obtenir des éclaircissements sur la réponse que l’AMF avait formulée suite aux revendications présentées par l’ensemble des organisations syndicales siégeant au CSFPT.

Vous nous aviez donc reçues le 11 juin dernier. Au cours des échanges lors de cette réunion, vous nous aviez fait part de la position de l’AMF concernant l’extension des missions de la police municipale. De même vous nous aviez indiqué votre souhait de faire réaliser un questionnaire à l’attention des 3 500 employeurs communaux ou intercommunaux de policiers municipaux. Au cours de cette réunion, vous vous étiez alors engagé à nous transmettre les résultats de cette enquête. Nous tenons à vous informer qu’à ce jour, aucun des membres de l’intersyndicale n’a été contacté par votre association. Nous vous rappellons que nos revendications s’articulent autour de trois axes, une augmentation des salaires par une revalorisation de nos grilles, l’intégration de nos primes dans le calcul de la retraite avec l’attribution de celle-ci au taux maximum et obligatoire pour tous nos collègues. Ainsi que la prise en compte de la dangerosité et la pénibilité de notre profession souvent mise à mal ces derniers mois. L’intersyndicale respecte complètement les doutes et oppositions des maires sur de nouveaux transferts de compétences sans débat global sur l’organisation des forces de sécurité dans notre pays. Il n’en demeure pas moins que les policiers municipaux accomplissent leurs missions dans un cadre en évolution constante sans que ne soit revues leurs situations statutaire et financière. Selon l’intersyndicale les coûts induits par la prise en compte de l’ensemble de nos revendications resteraient assez marginaux au regard du nombre de policiers municipaux employés dans chaque commune.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous vous informons que votre opposition à toute évolution statutaire ou financière génère beaucoup de crispation et d’agitation au sein de la police municipale.

Dans ces conditions, l’Intersyndicale Police Municipale envisage de nouvelles actions afin de faire connaitre ses revendications à la population et l’absence de véritable dialogue social avec les employeurs. Il vous appartient dés lors de renouer le fil du dialogue et de faire de réelles propositions aux Policiers Municipaux faute de quoi, vous porterez une part importante d’une situation conflictuelle que nous n’appelons pas de nos voeux, mais que nous saurons le cas échéant assumer.

 

En l’attente d’une initiative de votre part, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance

de notre respectueuse considération.

 

L’Intersyndicale Police Municipale

 

----------------------------------

 

         

 

 

Paris, le 16 septembre 2010

 

 

Monsieur Brice HORTEFEUX

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

de l’Outre-Mer et des Collectivités Territoriales

Place Beauvau

75800 PARIS Cedex 08

 

 

Monsieur le ministre,

 

Comme vous le savez, depuis plusieurs mois l’intersyndicale négocie avec le cabinet de monsieur MARLEIX afin d’obtenir la prise en compte par l’Etat de nos revendications. Celles-ci s’articulent autour de trois axes, une augmentation des salaires par une revalorisation de nos grilles, l’intégration de nos primes de policiers dans le calcul de la retraite avec l’attribution de celle-ci au taux maximum et obligatoire pour tous nos collègues. Enfin, dans le cadre du dossier retraite que le gouvernement reconnaisse la pénibilité et la dangerosité de notre profession souvent mis à mal ces derniers mois ! Lors de la dernière réunion de travail qui s’est tenu le 11 juin 2010, nous avions demandé aux représentants du cabinet de monsieur MARLEIX de bien vouloir réaliser une estimation financière de nos revendications, ayant trait à la revalorisation des carrières des agents de catégorie C ainsi qu’à l’attribution de l’ISF et à sa prise en compte dans le calcul de la retraite.

Au cours de ce mois, l’ensemble des organisations représentatives siégeant au CSFPT ont également été auditionnées par l’IGA. Ces échanges, bien que particulièrement intéressant, n’ont pas permis d’avoir de visibilité sur nos revendications. Les différents propos tenus y compris par le Président de la République, soulignant la nécessité de revoir le statut des policiers municipaux au regard des missions qu’ils exercent, ont suscité beaucoup d’espoirs et d’attentes pour l’ensemble de la profession. Ces espoirs déçus, génèrent aujourd’hui crispations et agitations. Aussi, nous ne pouvons nous contenter de vos réponses évasives qui se retranchent derrière la position de l’AMF. C’est pourquoi en l’absence de réponse claire à nos exigences, nous continuerons durant les mois à venir à mener de nouvelles actions visant à l’aboutissement de nos revendications.

 

Soyez certain monsieur le ministre que notre détermination demeure pleine et entière.

 

Recevez, monsieur le ministre, l’expression de notre haute considération.

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale