Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 18:16

Les deux retraités, tués de plusieurs coups de couteau, ont été retrouvés ligotés avec du fil de fer dans leur pavillon de Maurepas. La piste d'un double homicide crapuleux semble privilégiée.

Un couple de retraités septuagénaires a été retrouvé assassiné et ligoté avec du fil de fer vendredi soir dans son pavillon de Maurepas, à quelques kilomètres de Trappes , dans les Yvelines. Après avoir été alerté par la famille, inquiète de ne plus avoir de nouvelles, des équipes de secours étaient intervenues au domicile des victimes vendredi, en début de soirée. Les deux retraités ont été tués de plusieurs coups de couteau, a déclaré une source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Alors qu'aucune effraction n'a été constatée dans le logement, ce dernier a en revanche été complètement fouillé et des objets auraient disparu.

«Les deux victimes de 72 et 74 ans vivaient avec une petite retraite. Lui était un ancien employé de l'INRA (Institut national de la recherche agronomique). C'est incompréhensible de s'acharner sur des gens modestes et sans histoire pour de l'argent», a déploré la source judiciaire. «Nous sommes confrontés à de nombreuses affaires où les victimes sont ligotées mais un tel déchaînement de violence est inhabituel. D'habitude, les malfaiteurs ligotent leurs victimes, s'emparent de leurs biens puis disparaissent. La police démarre son enquête qui va nécessiter de nombreuses auditions», a ajouté cette même source.

Autopsie

L'enquête devra déterminer si le couple a été torturé et si le vol est bien le mobile de ces meurtres. La piste d'un double homicide crapuleux semble toutefois privilégiée. Autre inconnue : l'heure à laquelle le drame s'est produit. D'après des témoins, les volets de la maison étaient fermés depuis jeudi après-midi.

Le parquet de Versailles a ordonné une autopsie des corps, qui doit avoir lieu lundi, dans le cadre d'une enquête confiée à la police judiciaire de Versailles. (source le Figaro.fr)

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Les Chauffeurs, ou Chauffeurs de pâturons (en argot, « brûleurs de pieds ») est un terme populaire utilisé pour désigner des bandes de criminels qui s'introduisaient la nuit chez les gens et leur brûlaient les pieds dans la cheminée ou sur les braises pour leur faire avouer où ils cachaient leurs économies. Leur anonymat leur permettait d'agir en toute impunité pendant plusieurs années.

Organisées dans un État désorganisé, ces hordes écumaient les campagnes, et chaque membre connaissait sa tâche : « faire effraction avec des coutres, escalader les murs, enfoncer les portes avec de grosses pièces de bois, lier, garrotter, assommer, couper la gorge, chauffer les pieds, voler, incendier, empoisonner, violer, partout ce sont les mêmes moyens employés par les brigands ».

On commence à évoquer ces criminels pendant la Révolution française, lorsque l'État est désorganisé.
Les forêts couvrant une très grande proportion du territoire protégeaient alors toutes sortes d'individus.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Il faut être bien clair : il y a encore quelques années un voyou hésitait à pénétrer dans un domicile ... Dans la campagne ce genre de plaisanterie se finissait souvent par un coup de chevrotines calibre 12 .

 

Mais depuis on a convaincu les Français que les "armes c'est mal" et qu'il ne faut pas se défendre .

 

On en revient dont au temps des chauffeurs carce genre de drame est de plus en plus fréquent !!!!

 

Nous ne pouvons que conseiller aux Français de s'équiper de moyens de défense LEGAUX , d'apprendre à s'en servir , et pour ceux qui en ont les moyens de faire appel aux services d'une télésurveillance sérieuse .

 

B/N le 05/09/2011armes

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers