Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 11:08

Le Point - Publié le 08/09/2011 à 12:09

sarkozy-hommage-aurelie-fouquet pics 390Dans "Le Point" n° 2032, le M. Sécurité du PS, Jean-Jacques Urvoas, détaillait ses propositions. Le ministre de l'Intérieur réagit.

 

"Les candidats socialistes voudraient faire croire aux Français que la crédibilité a changé de camp sur la sécurité, ils dénoncent ce que Martine Aubry appelle le fiasco de Nicolas Sarkozy et vantent la réussite fantasmée de leurs propositions. Alors, parlons-en ! Ce discours est une imposture ! Les socialistes veulent faire prendre aux Français des vessies pour des lanternes. Rappelons l'étendue de leurs échecs et le bilan du gouvernement.

En 2002, il y avait en France 600 000 victimes de plus qu'en 1997. Il est pour le moins curieux de présenter cet héritage comme un succès. En revanche, depuis huit ans, l'action de la majorité a permis de faire reculer la délinquance et, en 2010, il y a eu en France 500 000 victimes de moins qu'en 2002. Comment Mme Aubry peut-elle sérieusement déclarer qu'il s'agit d'un fiasco ? Elle oublie également que, dans le même temps, le taux d'élucidation des affaires a augmenté de plus de 40 %. C'est notamment le résultat des progrès de la police technique et scientifique, à laquelle la gauche parlementaire s'est toujours opposée.

Les représentants du Parti socialiste trompent aussi les Français lorsqu'ils prétendent que la lutte contre les violences aux personnes constitue un échec de la politique de sécurité de la majorité. Lorsqu'ils étaient au pouvoir, les violences crapuleuses, celles qui sont le fait des voyous, ont augmenté de 60 %. Depuis 2002, elles sont en baisse.

Ils n'ont jamais su trouver les bonnes réponses aux nouvelles formes de délinquance, qui méritent un effort constant. Bien sûr, certaines villes connaissent des situations difficiles. Nous y apportons des réponses quand la gauche s'enferme dans l'instrumentalisation politique, à l'exemple de Marseille. C'est le sens du développement des patrouilleurs, qui rassurent la population par leur présence dans la rue et luttent efficacement contre les incivilités et la petite délinquance de voisinage. C'est le sens de la mise en place de la police d'agglomération, qui optimise l'utilisation des moyens disponibles dans les bassins de délinquance urbaine. C'est le sens du renfort de 4 000 policiers et gendarmes avant fin 2011.

En bref, c'est une politique de sécurité active et protectrice de l'ensemble des Français qui se développe, alors que la gauche promet le retour à de vieilles recettes, comme la police de proximité, qui a abouti à l'échec retentissant que l'on sait !

À l'instar de l'expert du parti, M. Urvoas, ils proposent aussi des solutions qui laissent pantois : fermer des commissariats dans 138 villes. Quel est donc le gain de sécurité que cette décision entraînerait ? Supprimer la préfecture de police de Paris, qui a fait baisser la délinquance dans la capitale de 25 % en huit ans. Pourquoi démanteler ce qui marche ? Désarmer la police municipale et lui retirer son uniforme. En quoi cela rendra-t-il les policiers municipaux plus efficaces ?

Le projet cacophonique du PS en matière de sécurité est à l'image de celui qui est consacré à la régulation des flux migratoires et à la lutte contre l'immigration irrégulière. Sur ces questions fondamentales pour le pays, et qui suscitent des attentes fortes et légitimes de nos concitoyens, la crédibilité ne s'improvise pas pour les besoins d'une campagne politicienne d'appareil."

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Presse et police municipale