Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 15:22

Source : http://www.marhba.com/forums/actualites-3/scandale-raciste-evry-dimanche-26-a-30648.html

Scandale raciste à Evry dimanche 26

l'Inquisition moderne de la ville d'Evry 91
En ce dernier dimanche de Mai la méga brocante d'Évry accueillait un millier de commerçants en tout genre, approximativement 50 000 visiteurs pouvaient glaner de stand en stand en quête de l'objet de rêve, non différent des autres chalands, je découvre avec plaisir un étalage qui me fit immédiatement chaud au cœur,un libraire avec un choix de livres riches et variés que nous n'avons pas coutume de trouver, la diversité des ouvrages était un véritable régal vous pourrez en juger par vous même, pour ma part cétait encore du jamais vue et je me pris immédiatement à croire que la laicité française assumait enfin son rôle de garant de la diversité.
Mon regard passionné voyageait de livre en livre, la vie du Prophéte (que la paix et le salut soient sur lui), un recueil de missives de Al Ghazali, l'interprétation des réves de Ibn Sirin, un traité de philosophie d'Averroès ainsi qu'une multitude d'auteur tel que Khalil Gibran, Yasmina Khadra, Aïcha al Wafi, Malek Chebel et bien plus encore, sans oublier un choix encore jamais vue de livres sur la cuisine du Maghreb dans toutes les langues mais aussi des méthodes pour l'apprentissage de l'arabe pour les francophones, des Saint Corans avec traduction et transliteration phonétique, en bref; une véritablle exposition culturelle qui ferait palir d'envie les grandes librairies.
Mon regard se porta immédiatement sur un ouvrage de référence «Le livre des Haltes de l'émir Abdelkader» et sur une étude du CNRS sur la littérature au Maghreb, mon esprit troublé se laissait aller à rêver aux mots que j'allais découvrir dans ces livres, je vivais un rêve éveillé lorsuqe je fut subitement ramener à la réalité par une phrase cinglante qui eut l'éffet d'un coup de fouet, j'entendis au loin sur un ton sec et menaçant se répéter : Je vous demande d'enlever vos livres ! Tous vos livres !
Sur ma droite trois ou quatre personnes en uniforme de policiers municipaux demandaient au libraire d'enlever immédiatement tous ses livres, faute de quoi il se verrait exclure de la foire par la force.
Je dois rendre hommage au calme du libraire qui demanda avec un calme digne d'un sage sur un ton très serein les raisons et en tentant d'expliquer qu'il était libraire professionnel, qu'il exerçait cette profession légalement avec un registre de commerce. Il insista pour demander la vraie raison de cette demande, ca donnait à peu près cela:

- Monsieur l'agent, en quoi mes livres dérangent ?
- Vos livres sont une incitation à la foi ... Nous ne sommes pas la pour débattre vous les enlevez et point !
- Monsieur l'agent, je ne vois pas en quoi mes livres incitent, toutefois si c'est le cas, permettez moi de vous faire remarquer qu'à coté de mon étalage, ils vendent des petites culottes affriolantes, et cela est une incitation à la luxure, en face on vend des maillots du PSG et cela pourrait être une incitation au holliganisme, à coté on vends des bonbons sur 12 mettres cela est une incitation à l'obesité... dois je continuer ? Mais bon puisque vous incarnez l'autorité, je vais m'exécuter toutefois, excusez moi d'insister mais je vais vous demander de me montrer quels livres je dois enlever.
Le libraire semblait tenir à ce qu'on lui montre les livres incriminés et j'en compris la raison bien plus tard...
- Vous enlever vos livres ou nous les faisons enlever par la force en vous excluant de la foire !
Toujours très calmement le libraire insita :
- Montrez moi quels livres je dois enlever et je m'exécuterais, et ajouta en baissant la voix, monsieur l'agent, prenez garde vous allez provoquer une émeute,.
Effectivement la population commençait à s'attrouper en criant au scandale ainsi qu'au manque de liberté et ce fut le libraire qui tentait de calmer la foule, l'agent s'assura par radio qu'il pouvait avoir des renforts en cas de besoin tout en tentant de dissimuler maladroitement sa gène et peut être ses craintes face à ce type de situation que l'on ne saurait nommer, c'est à ce moment qu'une flickette planquée derriere des lunettes qui lui donnait un air d'agent spéciale dans un mauvais film d'espionnage ou plutôt d'un enorme bourdon de 45 kilos fit un geste délimitant et balayant l'étalage en disant : Vous enlever tout cela et tout ce qui est en rapport avec l'Islam!
Enfin ! Nous y voilà, je compris l'insistance du libraire ce sont les livres sur l'Islam qui semblaient poser problème, d'un rapide coup d'œil je repérais les objets du délit et je remarquai très vite qu'effectivement les ouvrages semblaient extrémement dangereux... En fait il s'agissait de livres tel que la biographie du Prophète (saws), un guide de la femme musulmane, les missives de l'imam Al Ghazali, les Écrits Spirituels de l'Emir Abdelkader, le recueil de hadiths ( propos rapportés du Prophète ) Riyad Al Salahine, une étude scientifique sur le pourquoi de l'interdiction du porc en islam, des livres sur la pensée Arabe, des livres sur l'architecture en Islam et bien d'autres... On pouvais également y voir le Prophète de Khalil Gibran, les Roubayats de Omar Khayam, un livre sur le miniaturiste Algérien Mohamed Racim ainsi qu'un roman d'une journaliste Française intitulé "Faut il faire taire Tariq Ramadhan... Effectivement c'était des livres subversifs et très dangereux ...
Soyons sérieux ! Ces innocents livres avaient le seul handicap de porter à un endroit ou un autre le terme Islam ou musulmane tels que la sagesse musulmane, ou la perle précieuse, la courtoisie en Islam... ect...
Le libraire commença très calmement à prendre un à un ses livres et demandait au passage : J'enlève ?
- L'agent spéciale agressive, toujours derrière ses lunettes noires et avec un ton qui faisait étrangement penser à un capot lors de la rafle du Veldiv cracha agressivement : VOUS ENLEVEZ TOUT !
Comme par miracle, les cloches de l'église derrière nous se mirent à tinter, un signe ? Peut être, l'Islam était en train de se faire exclure et les cloches s'exprimaient haut et fort. Bienvenue en municipalité Laique ( Ndlr: nous ne faisons aucunement allusion à l'agent des forces spéciale en parlant des cloches, pas de méprise )
Nous sommes en droit de se demander si l'intervention des forces de la police municipale qui sont sous l'autorité du Maire; à savoir Manuel Valls ( maire socialiste qui se targue d'avoir réussis sur Évry la cohabitation de la diversité,) sont intervenus sur un sujet aussi épineux sur ordre du maire ou alors de leurs propre chef. Quoi qu'il en soit ce type d'attitude m'a étrangement fait penser à une époque révolue des années 30 et qu'il serait utile que Manuel Valss s'en explique et s'excuse sans délai auprès de notre pauvre libraire, voir peut être même réparer l'incident en permettant au libraire de faire une exposition vente dans le hall d'acceuil de la mairie, car en fait, ce libraire n'a pour seul défaut que de vendre des livres édité en France et que nous pouvons retrouver dans toutes les grandes librairies de l'hexagone et même à la grande bibliothèque nationale.
Pour terminer le libraire enleva tous ses livres hormis la Cuisine et attendit tranquillement la fin de la journée, il faut croire qu'à Evry il est permis d'inciter la population à se goinfrer de Couscous et de Baklawa plutôt que de se nourrir l'esprit de philosophie ou de poésie, au moins nous saurons qui la sécurité sociale pourra incriminer au sujet des maladies tel que le diabète, les maladies cardio-vasculaire et autre.( allusion à l'obésité )
Je reussis quand même à acheter mes livres "sous le manteau", une dame à coté de moi dit : vous croyez que je peux acheter un livre ? le libraire la rassura et elle repartit avec un titre qui était de circonstance, il s'agissait de " La Patience en Islam "
Je prends aujourd'hui l'engagement d'être le premier client de l'exposition vente qui pourrait se tenir à la mairie d'Evry et même que je saurais rendre hommage à l'ouverture et au fair play de monsieur le maire, j'ai nommé Manuel Valls !

------------------------A Evry, le maire contre le Franprix halal

9 décembre 2002 - Commentaires? - En discuter sur les forums? -

Remettez-moi du porc et de l’alcool en rayon, et fissa ! C’est le ton d’un courrier adressé par Manuel Valls, député-maire socialiste d’Evry (Essonne), aux repreneurs d’un Franprix situé aux Pyramides, un quartier réputé difficile de sa ville. Les frères Djaiziri, qui ont racheté ce fond de commerce de la place Jules-Vallès en octobre, ont opté pour une boucherie halal et banni les alcools.

« Inacceptable, intolérable », s’emporte le maire qui fustige cette « approche communautariste » du métier de commerçant. « Je vous saurai gré de bien vouloir rétablir le fonctionnement normal de ce magasin se prévalant de l’enseigne Franprix ­ que j’ai également saisie du dossier ­ dans les plus brefs délais », intime Manuel Valls. Qui menace quasiment d’envoyer la troupe : « Dans le cas contraire, j’utiliserai, dans les prochains jours, tous les pouvoirs de police dont je dispose. » En réalité, le maire dispose essentiellement d’un pouvoir de nuisance, celui, par exemple, de multiplier les contrôles administratifs (sur le respect des normes d’hygiène et de sécurité notamment).

Au milieu de ses 700 m2 de rayonnages, Abdel Djaiziri se dit perplexe : « Quand nous avons repris ce commerce, il était déficitaire. Pour éviter les problèmes avec les jeunes, nous avons décidé de ne pas vendre d’alcool. » Le fournisseur, dit-il, a très bien compris ce positionnement. Quant à l’absence de jambons et rillettes, le commerçant explique : « Nous avons demandé une certification AVS (1) pour garantir que nos viandes sont halal. C’est incompatible avec la vente de porc dans le magasin. » Et demande : « Mais c’est contraire à la loi ? » Assurément, non. Mêler ses idées religieuses au commerce peut certes nuire au tiroir-caisse. Mais le code pénal ne prévoit pas la vente obligatoire de vin et de lardons. Seul Franprix, par contrat, peut contraindre son franchisé à respecter certaines normes.

« Spécialisation ». Manuel Valls compte beaucoup sur ce pouvoir du franchiseur. Il juge que cette enseigne se doit d’être géné raliste. « Si même le Franprix se spécialise, c’est le signe qu’il vaut mieux que tous ceux qui ne mangent pas halal quittent le quartier, analyse-t-il. Si on ne fait rien, si on accepte un échelon supplémentaire dans la spécialisation, le quartier va devenir un ghetto. » Marnia Mohandi, avocate des deux frères, réplique : « Ce n’est quand même pas un magasin d’Etat ! » Et contrairement à ce que leur nom pourrait laisser supposer, les Pyramides ne sont pas érigées au milieu d’un désert commercial, insiste-t-elle, listant une dizaine de commerces alimentaires des environs. Sans compter le marché bihebdomadaire sur la place Vallès. Elle s’étonne aussi du ton du courrier où les frères Djaiziri sont accusés de vouloir la mort de deux autres commerces spécialisés de la même place ­ une boucherie halal et une boutique africaine ­ et de « contribuer à la paupérisation du quartier ».

Les commerçants voisins se défendent d’être à l’origine de la poussée d’urticaire du maire. Comme Allam, le boucher marocain, quasiment mitoyen du Franprix : « Pour nous, ça ne change rien. Les clients restent pour le service, pour l’ambiance. » La maison fait crédit. « On sert la soupe gratuite pendant le ramadan », ajoute Allam. Mais il trouve que Franprix aurait mieux fait « de monter une poissonnerie, ce qui manque dans le quartier ». Une cliente, Kadidja, glisse : « C’est pas un bon musulman de s’installer comme ça à 50 mètres du concurrent. »

« C’est pas normal. » Quant aux clients du Franprix, pressés de rentrer préparer le dîner, ils râlent. « C’est une épicerie de dépannage. C’est vrai que le Carrefour est à 10 minutes, mais on n’a pas envie d’y aller en rentrant du boulot », dit Chantal. « C’est pas normal qu’il ne fasse plus de boisson », lance Armand, avant de hisser un sac de 50 kg de riz dans sa voiture. Une dame de 80 ans extirpe du jambon de dinde et de poulet de son cabas : « On fait avec ce qu’il y a. » Plus militant, Badiane M’Baye, une des figures du quartier et musulman lui-même : « La France est une république. Le communautarisme n’est pas de mise. Je suis contre ce sectarisme. » La direction de Franprix va rediscuter avec son franchisé.

(1) « A votre service », l’un des organismes habilités à la certification.

Par Jacqueline COIGNARD lundi 09 décembre 2002 © Libérationps

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale