Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 13:55

521965-quimby largeSource : http://www.draveil-villages.fr/?p=1963

 

"

 reconnaissant un résident,  fonctionnaire de police de profession, il le menace « je saurai m’occuper de votre carrière » "

PRIVAT aggrave son cas

Publié le 30 septembre 2010 par chouan

 

La voiture de R. Privat arborant illégalement une cocarde tricolore

Richard Privat, un élu emblématique du « système Tron » 

Après les provocations délibérées, les mensonges sur papier officiel 

  

Les habitants de Champrosay ont encore reçu dans leur boite aux lettres un tract sur papier à en-tête de la mairie signé Richard Privat. Le 1 er adjoint de G.Tron, cette fois-ci ultime volontaire- signataire des brulots municipaux, y donne laborieusement une version très personnelle d’un incident qui s’est produit lors de la « journée du patrimoine » aux abords de la chapelle Sainte Hélène. 

Selon cet élu à tout faire de Georges Tron : 

-      « des visiteurs mais aussi des bénévoles et notamment la femme du maire ont été virulemment (1*) pris à parti par une bande de riverains » 

-      «  le  Prêtre a été l’objet d’insultes » et dans la série plus c’est gros, plus ça passe : « il a fallu des tiers et moi-même (R. PRIVAT) qui s’interposent pour permettre aux Draveillois de visiter la Chapelle sereinement » 

Face à de telles assertions totalement mensongères mettant en cause l’ensemble des riverains de la Chapelle, une plainte a été déposée pour diffusion de fausses nouvelles, dénonciation calomnieuse et diffamation. 

Richard Privat aggrave son cas 

Rappelons que Richard Privat fait déjà l’objet de poursuites judiciaires pour diffamation dans une affaire similaire : l’audience se tiendra devant tribunal correctionnel le 24 novembre 2010.   

Dans cette nouvelle affaire de diffamation sur papier officiel, il est nécessaire que la police puisse faire son travail tranquillement et entende tous les témoins pour que la vérité émerge. 

-      Madame Albane Tron,   que nous considérons comme une femme honnête ne pourra pas soutenir qu’elle a été violemment prise à partie par une « bande de riverains » alors que c’est une jeune voisine de 24 ans (1m64) qui lui a simplement demandé de faire déplacer un véhicule garé à l’entrée de la résidence jouxtant la chapelle. 

-      Il sera aussi difficile au prêtre de témoigner qu’il a été insulté lors de la journée du patrimoine puisque ce jour là, il n’a pas mis les pieds à Champrosay. Joint au téléphone, il nous a assuré que s’il était questionné il se bornerait à dire la vérité. Nous n’en attendons pas moins d’un homme d’Eglise. 

-      Quand à Richard Privat, il va être bien en peine pour trouver ses témoins, qui auraient été – comme il le prétend faussement- empêché de visiter la chapelle. 

  

M. Privat devra en revanche faire face aux témoignages concordants de citoyens parfaitement honorables résidant tous au 35 rue Alphonse  Daudet et ayant tous assisté à la scène. A savoir : 

  

  • Une assistante de direction et son conjoint informaticien
  • Un fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur
  • Un professeur vétérinaire et son mari enseignant
  • Un gérant de société

  

Tous on vu M. Privat ce samedi 16 septembre vers 16h se présenter seul au portail et exiger de garer sa voiture (qui arborait d’ailleurs en toute illégalité une cocarde tricolore) dans la cours en criant « Je suis chez, je suis chez moi… ». 

  

En guise de réponse aux résidents qui lui demandaient de maintenir le libre accès de la  voie de desserte des pavillons, M. Privat, vociférant, en est venu aux menaces (2*) 

  

-      « Je vais faire démonter le portillon derrière la chapelle » 

-      « Je vais faire enlever le portail d’entrée » 

-      Vous allez recevoir des lettres recommandées 

  

Plus grave encore… reconnaissant un résident,  fonctionnaire de police de profession, il le menace « je saurai m’occuper de votre carrière » 

Finalement après plusieurs minutes d’une conduite inqualifiable, se sentant totalement discédité par ses provocations insensées, Richard Privat du se résoudre à quitter les lieux non sans  promettre une -illusoire et injustifiée- intevention du commissariat ; Cette menace prouve si cela était encore nécessaire que M. Privat a une fâcheuse tendance à tenter d’utiliser les services de police comme une petite milice personnelle pour faire taire ses contradicteurs. 

Richard Privat qui méconnait visiblement les limites de ses prérogatives d’élu municipal se croit investi de tous les pouvoirs sur ses concitoyens, il devra vraisemblablement répondre de ses agissements inadmissibles devant des enquêteurs de police avant d’avoir à le faire, nous l’espèrons, devant un juge. 

Dans les dictatures comme dans le système Tron, le principe est immuable : il s’agit de faire passer les opposants pour des délinquants, d’user des moyens d’autorité publique pour dissuader les oppositions et d’éviter les débat de fond par des provocations crapuleuses. 

Les Draveillois attachés à l’état de droit, à la défense des libertés publiques  dans leur commune doivent faire bloc pour se débarasser de ces pratiques. Elles ne sont ni dignes de Draveil, ni dignes d’une démocratie ouverte à laquelle aspirent les habitants de notre commune. 

  

1* « Virulemment », le terme employé par Richard Privat sous le sceau de la ville, ne figure pas encore dans le Petit Robert… 

2*(le traitement  humoristique des pitreries publiques de M. Privat dans votre journal de Draveil-villages ne fait pas référence à cet épisode consternant) 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers