Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 15:44
Mardi 27 juillet 2010
Hortefeux porte plainte pour un faux courrier sur les radars

INFO FIGARO - Une note prétendument signée de son chef de cabinet et envoyée à tous les préfets annonçait la suppression prochaine des panneaux de signalisation des radars. La police judiciaire va enquêter sur ce «faux intégral».

« C'est un faux intégral. Nous venons de déposer plainte. » Au cabinet du ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, «l'affaire de la lettre», comme l'appellent déjà entre eux les conseillers du ministre, fait grand bruit. En cause : une note prétendument signée par le chef de cabinet du ministre de toutes les polices . Datée du 10 novembre, elle s'est diffusée dans le milieu de la presse automobile à la vitesse de l'éclair, sous le titre « information confidentielle à messieurs les préfets ». On y apprend que le ministre a décidé la « suppression des panneaux de signalisation des radars fixes à compter du 1er janvier 2010 ». « Par ailleurs, indique le courrier, dès 2010 les positionnements seront multipliés, l'objectif étant de mettre en place des points fixes de contrôle tous les 10 kilomètres sur les axes de vos régions pour tendre vers un point tous les deux kilomètres d'ici à 2015 ». Autre annonce de cet inquiétant document : « Les contraventions seront expédiées en port dû dès le 1er janvier 2010 ». Et « si le contrevenant ne veut pas acquitter la taxe d'affranchissement et qu'il refuse le courrier, l'amende sera doublée et réclamée par le Trésor public.»

 

«Grotesque mais très préjudiciable»

 

Pire : « En cas de non paiement ce sera alors aux gendarmes et policiers de se présenter au domicile du susnommé pour encaisser les sommes selon la procédure actuelle en vigueur », écrit l'auteur de la note. Celle-ci est signée « G. Ardeneau ». Seulement voilà : il n'y a pas de G.Ardeneau au cabinet de Brice Hortefeux. La sémantique de ce courrier est également très maladroite. Ainsi cet avertissement lancé aux préfets dans le document par le soi-disant chef de cabinet : « Je ne saurais trop vous conseiller de rester discret sur cette nouvelle disposition au moins jusqu'aux élections régionales. » « Tout cela est grotesque, mais très préjudiciable », réagit un préfet très au fait des questions de sécurité. En regardant de près le document, on peut déceler que le logo du ministère de l'Intérieur qui y figure en en-tête est un peu flou et entouré de petits points noirs. « Comme si il avait été scanné », explique un policier. La police judiciaire devrait maintenant se charger de l'enquête pour remonter aux plaisantins qui n'ont pas hésité à usurper les fonctions d'un haut cadre de la place Beauvau. A défaut de son nom. Chef de la chronique automobile au Figaro, Jacques Chevalier, n'a pas été dupe de la supercherie : «Nous avons aussitôt flairé le canular, dit-il, mais nous savons aussi d'expérience que certaines informations apparemment incroyables finissent par se concrétiser, surtout en matière de sécurité routière...»

 

 

.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Presse et sécurité