Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 14:48

delacroix

 

Pendant que des voyous étrangers coulent des jours paisibles tant dans nos prisons que dans nos rues un ancien gradé de la Légion Etrangère est menacé...d'expulsion. Le SIPM-FPIP/EUROCOP tient à assurer au caporal Andry Rapanoelina son entier soutien : pour nous il n'est pas Malgache mais FRANCAIS. Etre Français c'est un Etat d'esprit et tout légionnaire ayant servi loyalement devrait être automatiquement naturalisé si tel est son souhait.

SIPM le 08/03/2012

http://adefdromil.org/19541

 

JUSTICE. Après cinq ans dans la prestigieuse légion, Andry, Malgache de 31 ans, s’est retrouvé dans la peau d’un clandestin. Hier, il a obtenu un sursis et a pu quitter le centre de rétention.

Vitry (Val-de-Marne)

L’ancien légionnaire membre de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire a fondu en larmes hier à l’énoncé du jugement du tribunal administratif de Paris. « C’est le soulagement », lâche, sans accent, Andry Rapanoelina, ressortissant malgache qui a pu sortir du centre de rétention de Vincennes pour rentrer chez lui à Vitry.

Pourtant, le sort de cet ex-soldat, arrêté par la police le 28 février et soutenu depuis par RESF (Réseau éducation sans frontières), n’est pas joué. En annulant l’obligation de quitter le territoire français (OQTF) délivrée par la préfecture du Val-de-Marne, le tribunal donne un signe encourageant à cet homme de 31 ans ancien caporal du 1er régiment étranger de cavalerie en situation irrégulière depuis 2006.

Son erreur: avoir acheté une voiture personnelle, ce qui est interdit.

Ce père de deux jeunes enfants, dont l’un est scolarisé à Vitry, reste dans une situation délicate. Désormais c’est à la préfecture du Val-de-Marne de décider de délivrer ou pas un titre de séjour provisoire à l’ancien soldat doublement décoré. « La bataille continue! » lance, sans mauvais jeu de mots, Michel Bavoil, vice-président et fondateur de l’Association de défense des droits des militaires ‘Adefdromil). L’armée française, Andry l’a aimée, au point d’en être « fasciné », confie-t-il. En 2001, l’étudiant en droit malgache quitte son île pour s’engager dans la légion. Direction:Orange, dans le Vaucluse. Cinq ans plus tard , il quitte l’armée avec en poche un titre de reconnaissance de la nation, mais sans certificat de bonne conduite. Son erreur: avoir acheté une voiture personnelle, ce qui est interdit au légionnaire. Ce document est pourtant indispensable pour qu’Andry obtienne un titre de séjour de dix ans.

Clandestin sur le territoire français, le Malgache devient livreur, « se fait discret », « se débrouille ».  » Son cas n’est pas isolé, des centaines d’anciens légionnaires sont aujourd’hui sans papiers, fulmine Michel Bavoil. C’est un scandale. La France leur donne un titre de reconnaissance mais leur reproche des bricoles. Certains ont le tort d’avoir reconnu un enfzant ou de louer un appartement. Quand ils rentrent dans leur pays, ils peuvent être condamnés en tant que déserteurs ou mercenaires, comme en Russie. »

Ex-soldat de la force Licorne, Andry devrait prochainement recevoir une carte d’ancien combattant. Ce sésame, qui se fait attendre, lui donne droit à un titre de séjour de dix ans. En attendant, il fera la fête cet après-midi à l’école Louise-Michel de Vitry, où les militants de RESF lui préparent un chaleureux accueil.

Source: Le Parisien n°20988 du Mardi 6 mars 2012.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SIPM - EUROCOP