Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 13:28

ElecYemen-06316AFP - 14/10/2010 à 07:59

Une retraitée jugée pour avoir violenté une Emiratie portant le niqab

"Je savais que j'allais craquer un jour. Cette histoire de burqa commençait à m'agacer." C'est ainsi que s'est justifiée devant la police une prof d'anglais à la retraite qui doit comparaître jeudi à Paris pour avoir agressé une femme voilée dans une boutique de la capitale.

photo : Fred Dufour, AFP

Les faits remontent à février 2010. Marlène, 63 ans, se promène alors dans un magasin de décoration. C'est alors qu'elle tombe nez à nez avec Shaika, 26 ans, de passage à Paris. Cette femme, originaire des Emirats arabes unis a le visage voilé d'un niqab qui ne laisse apparaître que ses yeux.

Ce n'est pas la première fois que Marlène croise l'une de ces femmes entièrement voilées puisque la sexagénaire a longtemps travaillé dans les pays arabes, que ce soit au Maroc ou en Arabie saoudite.

Mais, explique-t-elle aux policiers dans un procès-verbal consulté par l'AFP, "ça a été un choc pour moi car dans le XVe, ce n'est pas encore arrivé."

Après avoir constaté que la jeune femme ne parlait pas français, la retraitée lui parle en anglais. "Je lui ai dit de baisser le voile qu'elle avait sur le visage, tout en le saisissant et le tirant vers le bas", raconte-t-elle au commissariat.

"Pour moi, explique-t-elle, le port du voile intégral est une agression, je me suis sentie agressée en tant que femme."

L'affaire aurait pu s'arrêter là, mais quelques minutes plus tard, Marlène croise une nouvelle fois l'Emiratie. Entre-temps, elle a remis son voile.

La retraitée ne se se contrôle plus: "Cette histoire de niqab, on en parle tellement que j'ai du mal à le supporter. (...) Je me suis dirigée vers elle et je lui ai arraché le niqab. Nous en sommes arrivées aux mains. J'étais énervée."

Marlène gifle alors la jeune femme, la griffe et va jusqu'à lui mordre la main. "Maintenant, je peux voir ton visage", aurait-elle déclaré selon la déposition de la victime. Il faudra l'intervention des vigiles pour séparer les deux femmes.

Alors que l'Emiratie indique au magasin qu'elle va porter plainte, un responsable retient la sexagénaire qui à son tour lui demande d'appeler la police: "Je voulais porter plainte aussi car on ne porte pas le niqab dans mon pays."

En attendant, jeudi, c'est elle qui comparaîtra devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour violences volontaires aggravées. Elle encourt jusqu'à trois ans de prison.

"C'est elle qui a eu une attitude provocatrice. Cette agression est une atteinte à la liberté de religion", s'indigne l'avocat de Shaika, Me Lotfi Ouled Ben Hafsia. "Elle dit qu'elle défend les femmes mais est-ce que les droits d'une femme, c'est de se faire agresser dans la rue?", renchérit sa consoeur Louiza Bouziani.

"Choquée psychologiquement", la victime ne veut plus revenir à Paris, selon ses avocats. Son agression lui a valu deux jours d'incapacité totale de travail

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers