Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 17:46

guignol-copie-1

 

Le SNPM-CFTC est "pour" l'armement . Mais quand il est dans l'Intersyndicale celle-ci ne le réclame pas !

 

Pire :  FO demande à l'IGA non le port systématique d'une arme mais la possibilité d'avoir la matraque télescopique !!!!

 

Après ils veulent faire croire qu'ils s'opposent au préfet du Val d'Oise ? Mais au fond en quoi la position du Préfet du Val d'Oise est elle différente de celle de l'Intersyndicale (non élue) qui prétend vous représenter ?

 

Ne vous laissez pas MANIPULER !

 

Le Bureau National SIPM-FPIP/EUROCOP

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/ils-veulent-etre-armes-06-10-2010-1097213.php#reactions-article

Bénédicte AGOUDETSÉ | 06.10.2010, 07h00

Dès le mois de juin, après le d’une de leurs collègues, Aurélie Fouquet, lors d’une dans le Val-de-Marne, ils avaient manifesté leur émotion et leur colère. Mais aussi promis qu’ils se battraient coûte que coûte pour être . Le Val-d’Oise est le seul département d’Ile-de-France à ne pas l’autoriser.

Ce soir, trois syndicats de policiers municipaux du Val-d’Oise, l’USPPM, la CFTC-Snpm et Force ouvrière, ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Ils se réunissent afin de mettre au point des actions « rapides et concrètes ces prochains jours », prévient Joseph Belorgane, délégué départemental FO des policiers municipaux.
Ce sont les déclarations du préfet du Val-d’Oise, le 24 septembre devant le conseil général, qui ont mis le feu aux poudres. Pierre-Henry Maccioni avait rappelé avec fermeté son refus d’accéder à cette requête : « Non aux armes à feu dans la police municipale. C’est de la compétence de la police nationale, avait-il indiqué. Je suis par contre prêt à examiner la possibilité de les doter d’armes intermédiaires. » Comme à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, où le maire a choisi de doter sa police de chiens.
« Depuis fin 2002, nous nous sommes toujours heurtés à ce refus de la part des quatre préfets successifs, stipulant qu’aucune arme de 4e ou 7e catégorie ne peut entrer dans un service municipal », tonne Joseph Belorgane. « C’est une ineptie totale, pour nous qui sommes exposés chaque jour aux crimes les plus dangereux, poursuit-il. Sans parler des situations tendues, comme les émeutes de 2005, où nous avons accompagné la police nationale. Dans le secteur de Roissy Porte de France, on a noté dernièrement une recrudescence de vols à main armée et de violences… Cela peut très vite mal tourner! »
Autre grief des syndicats, l’attitude du conseil général qui refuse catégoriquement de subventionner des polices municipales qui patrouilleraient avec une arme à feu. Hier soir, l’intersyndicale a averti qu’elle « n’excluait pas d’organiser très prochainement des opérations de type escargot pour se rendre en préfecture et à l’Association des maires de France. » Et se faire entendre.

 

 

Le Parisien

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale