Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 19:33

armes

 

Coups de Flash-Ball à Gray (70) : le barman relaxé

 

Gray. La sortie du procureur Parietti a eu le mérite de dire les choses quant à la réalité de la délinquance qui sévit sur la localité grayloise. « Cette ville est une petite poudrière, la situation est explosive, la population n’en peut plus ». Un peu plus loin dans ses réquisitions, le patron du parquet de Vesoul a clairement pris le parti du patron de bar, un homme de 39 ans poursuivi pour violence avec usage d’une arme. Reconnaissant « qu’on n’est pas loin de la situation de légitime défense. […] La population ne peut pas toujours subir, il faut que les gens réagissent ».

« On n’a plus le droit aux bombes lacrymo à cause des asthmatiques »

Du petit-lait pour M e Grandhay, l’avocate du gérant du bar du centre, qui n’a plus eu qu’à démontrer la légitime défense par la proportionnalité de l’usage d’un Flash-Ball par son client. « Le Flash-Ball est une arme de septième catégorie, une arme de loisir tandis que les couteaux utilisés par les assaillants sont de sixième catégorie, une arme létale ». Le 25 décembre dernier, vers 19 h 30, « on était fermé », rappelle le patron de bar. Avec son épouse et ses enfants, il s’apprête à passer à table en ce jour de Noël. Tout le monde est dans l’appartement situé à l’étage, au-dessus du débit de boisson. Il y a eu d’abord les insultes pendant une demi-heure de la part d’individus de la famille Reynoud. « Ça tapait dans les vitres ». Premier appel aux gendarmes qui connaissent bien cette famille et pensent d’expérience que les choses vont en rester là.

Mais le tapage reprend de plus belle. « Quand ça a été dans les rideaux je suis descendu pour qu’ils s’en aillent ». Le patron est pudique. Il est en fait descendu parce que ses enfants commencent à prendre peur. Les Reynoud menacent en effet de mort le père tandis qu’ils promettent « le viol de la mère de ses enfants », ajoute M e Grandhay. Le papa descend donc avec son Flash-Ball, « parce qu’on n’a plus le droit aux bombes lacrymogènes, à cause des asthmatiques », nous confiera-t-il pendant les délibérés.

Il ouvre donc la porte pour demander à nouveau aux Reynoud de s’en aller. Ceux-ci la forcent, « par jeu » déclareront-ils à l’occasion de leur audition. C’est aussi pour jouer sûrement qu’ils ont gratifié le barman de coups de couteau à l’avant-bras et molesté son épouse devant ses yeux. « Ils étaient cinq en train de la savater ». Il la sort de leurs griffes et va prendre enfin son Flash-Ball. « J’ai tiré une fois mais ils ont continué d’avancer », aidés sûrement par les 2,98 g d’alcool dans le sang mesurés sur Philippe Reynoud. « J’ai alors tiré une deuxième fois tandis qu’ils me visaient le ventre ». C’est finalement à coup de crosse qu’il parviendra à les sortir de l’établissement. Huit mois ferme pour Jean-Luc, 6 mois ferme pour Philippe et 4 mois ferme pour Robert Reynoud. Relaxe pour le barman, la légitime défense a été retenue, et même encouragée par le procureur. Hier, ce dernier est revenu sur le braquage de la station Avia de Vesoul : « J’ai félicité l’employé ». Ce dernier avait mis en fuite deux braqueurs armés le 9 mars.

Walérian KOSCINSKI http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/03/23/coups-de-flash-ball-barman-relaxe

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le FLASH-BALL est sans doute la meilleure arme de défense actuellement proposée sur le marché.

  Preuve en est l’intérêt croissant porté à ce système révolutionnaire par les professionnels de la sécurité du monde entier. Le principe est simple : contrer un agresseur par K.O. technique, sans mettre systématiquement sa vie en danger. Pour cela, le FLASH BALL utilise une balle de caoutchouc souple déformable à l’impact.

Avec le FLASH-BALL pas besoin d’être grand et fort pour réussir son tir.
 

Grâce à un faible recul, petits gabarits, hommes et femmes, droitiers et gauchers, trouveront une arme de défense extrêmement simple à mettre en œuvre.

Face aux problèmes bien malheureux mais aussi bien réels de l’insécurité, le FLASH-BALL est une solution aussi intelligente et peu coûteuse qu’efficace.

 
7ème catégorie, I, paragraphe 3
F101 sans sûreté ou F101S avec sûreté

SAC DE TRANSPORT
Type reporter
pour transporter un FLASH-BALL et
10 cartouches.

Le sac vide F304

 

EFFICACITÉ REDOUTABLE
• Puissance d’arrêt équivalente à un coup de poing
d’un boxeur professionnel à distance.

ARME DISSUASIVE
• Par son aspect (2 canons de 44 mm !)
et par le bruit de la détonation. (idem calibre 12)

MANIABILITÉ ÉTONNANTE
• Grâce à une prise en main ergonomique :
droitier ou gaucher.

CHARGEMENT ET DÉCHARGEMENT FACILITÉS

EFFICACE ET PRÉCIS JUSQU’À 12 MÈTRES
• Utilisation possible même en intérieur (rebonds sans danger grâce à la balle caoutchouc souple qui perd la majorité de son énergie à l’impact).

 

P R O M O T I O N S
FRANCE METROPOLITAINE
DISPONIBLES CHEZ VOTRE ARMURIER

1 FLASH-BALL*
Compact F101 (valeur 575 €)

 
 +
8 cartouches*
2 x F201PBE (valeur 90 €)

=
 
1 FLASH-BALL*
Compact F101 (valeur 575 €)
+ 8 cartouches*
2 x F201PBE (valeur 90 €)

+1 sac reporter (valeur 121 €)
=
665 €  468 €   786 €  573 €
* 7ème catégorie, I, paragraphe 3

 

7ème catégorie : Vente, acquisition et détention libres, mais interdites aux mineurs. Port et transport interdits, sauf motif légitime.

Arrêté du 30 avril 2001 relatif au classement du Flash-Ball : ( télécharger ici )

Selon les articles Article 47-1. (créé par Décret n°2005-1463 du 23 novembre 2005 art. 17 - JORF 30 novembre 2005) et 69 du Décret du 6 Mai 1995 ( télécharger ici ), le Flash-Ball doit être déclaré sur le formulaire Cerfa n°20-3265 ( formulaire Cerfa ). Pour les armes du paragraphe 3 du I de la 7ème catégorie (c'est-à-dire pour le Flash-Ball), la déclaration est accompagnée du certificat médical mentionné à l’article L.2336-3 du code de la défense (voir document à télécharger), placé sous pli fermé, datant de moins de quinze jours, attestant que l’état de santé physique et psychique du déclarant n’est pas incompatible avec leur détention.
 

Source : http://www.flash-ball.com/pages-fr/i_fb_compact.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by SIPM - EUROCOP - dans Faits divers