Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 21:00

Après un long combat verrons nous enfin les policiers municipaux équipés de moyens de défense adaptés à leurs missions ? Il semble que oui !

 

http://www.france-info.com/france-justice-police-2011-06-15-claude-gueant-s-apprete-a-armer-les-polices-municipales-543666-9-11.html

 

Claude Guéant s’apprête à armer les polices municipales

Troisième pilier de la sécurité publique, selon Claude Guéant, les polices municipales, de plus en plus exposées, pourraient bientôt être armées. Le pistolet à la ceinture deviendrait la règle, et le désarmement des "municipaux" l’exception, que les maires devraient alors justifier devant le préfet.

Les 20.000 policiers municipaux tiennent demain à Nice leurs premières Rencontres nationales sous la présidence du ministre de l’Intérieur, et en présence des patrons de la police nationale et de la gendarmerie.
Claude Guéant ne descend pas sur la Croisette les mains vides. Le "premier flic de France" y dévoilera tout un train de mesures destinées à étendre les pouvoirs de police de ces fonctionnaires.

Parmi les revendications fortes des policiers municipaux, la question du port d’arme. Place Beauvau, la cause semble être entendue. L’armement des polices municipales deviendrait la règle, et un maire qui ne souhaite pas armer sa police devrait en faire la demande au préfet, et aller justifier sa requête. Une décision lourde à assumer publiquement, notamment auprès d’administrés qui ont parfois le sentiment d’une délinquance grandissante

Prérogatives restreintes

Si Claude Guéant fait cette annonce à Nice, où Christian Estrosi (UMP) a été le premier maire à armer ses municipaux, cette question sensible n’est pas forcément affaire de couleur politique. A Marseille, le maire UMP Jean-Claude Gaudin s’est toujours opposé à ce que ses agents municipaux soient dotés d’armes de poing. A l’inverse, le socialiste Manuel Valls a armé la police municipale d’Evry depuis belle lurette.

Actuellement, le port d’une arme de 4e catégorie par des agents municipaux n’est autorisé qu’à titre dérogatoire.
Et le 10 mars dernier, le Conseil constitutionnel a même censuré deux articles de la Loppsi II qui auraient étendu les pouvoirs de police de ces agents municipaux : le premier leur aurait permis de procéder à des contrôles d’identité en l’absence de toute infraction constatée, et le second aurait donné aux patrons des polices municipales des pouvoirs judiciaires identiques à ceux des gardiens de la paix.
La censure des Sages est mal passée dans les rangs des polices municipales, moins d’un an après la mort d’Aurélie Fouquet, une policière municipale abattue d’une rafale de Kalachnikov par des braqueurs à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne).

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/06/14/01016-20110614ARTFIG00713-beschizza-le-port-d-arme-pourrait-devenir-la-regle.php

  

Beschizza : «Le port d'arme pourrait devenir la règle»

 

  • ACTUALITÉ Société

  • Beschizza : «Le port d'arme pourrait devenir la règle»

    Mots clés : , , ,

    Par Jean-Marc Leclerc
    14/06/2011 | Mise à jour : 22:45
    Réactions (63)
    Bruno Beschizza, secrétaire nationalde l'UMP chargé de l'emploi des forces de sécurité.
    Bruno Beschizza, secrétaire nationalde l'UMP chargé de l'emploi des forces de sécurité. Crédits photo : JOEL SAGET/AFP

    INTERVIEW - Le secrétaire national de l'UMP chargé de l'emploi des forces de sécurité, Bruno Beschizza, estime que les policiers municipaux seraient plus efficaces avec des moyens d'action réels pour prévenir les petits délits.

    LE FIGARO. - Tous les policiers municipaux vont-ils vraiment porter une arme ?

    Bruno BESCHIZZA. - Le système imaginé est plus subtil que cela. À ce jour, le policier municipal est, par principe, non armé. Et ce n'est que par dérogation que le maire peut obtenir l'armement de ses agents. Mais nous pourrions inverser ce principe. Le port d'arme deviendrait la règle. Le maire pourrait toutefois demander à faire désarmer ses municipaux à titre dérogatoire, en saisissant le préfet. Il indiquerait alors clairement à ses agents et à ses administrés pourquoi il ne souhaite pas armer sa police. Ce qui aurait le mérite de la clarté.

    Mais Aurélie Fouquet, premier policier municipal à tomber sous les balles des voyous l'an dernier, était armée. Or son arme ne lui a pas sauvé la vie…

    Au moins lui donnait-elle les moyens de se défendre. Je note d'ailleurs que, dans cette affaire, son collègue masculin a pu en réchapper, en répliquant aux coups de feu des malfaiteurs, grâce à son arme de service.

    En censurant une partie de la Loppsi, le Conseil constitutionnel a semblé considérer qu'il ne fallait pas trop étendre les pouvoirs des municipaux. Qu'en pense l'ancien syndicaliste de la police nationale que vous êtes ?

    L'idée du député Éric Ciotti, rapporteur de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi), était de donner davantage de compétences judiciaires aux municipaux, en leur permettant notamment de procéder à des contrôles d'identité en dehors des classiques infractions au Code de la route. Il ne s'agissait pas de substituer les municipaux aux nationaux. Au contraire, cela permettait de compléter leur action.

    Mais qu'y gagne le citoyen ?

    Des policiers plus nombreux et plus efficaces sur la voie publique. Car de deux choses l'une: ou bien le municipal fait de la vraie proximité, avec des moyens d'action réels pour prévenir les petits délits, ou bien il se promène, muni de son seul carnet à souches. Et alors le citoyen n'est pas certain d'y trouver son compte…

    Ne craignez-vous pas des abus ?

    Il faudra m'expliquer. Peut-on s'offusquer de devoir décliner son identité à des policiers formés, assermentés et contrôlés, alors que depuis des lustres, chacun présente ses papiers sans discuter à la caisse du supermarché ?

    Les municipaux ne souffrent-ils pas surtout d'un manque de reconnaissance ?

    Une chose est sûre: ils ne veulent pas jouer les policiers nationaux ou les gendarmes. Ils tiennent à leur statut. Mais qu'on cesse de les considérer comme des agents des collectivités territoriales comme les autres. On n'a jamais vu un fonctionnaire de l'état civil se faire tirer dessus à la kalachnikov!Aurélie Fouquet

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale